labo.ch

labo.ch


L'expérience client un levier de différenciation

Diplômé de l'université de Berkeley aux Etats Unis. Formation et conseil en marketing direct (CRM). Formateur diplômé FSEA du brevet fédéral de formateur pour adultes.

Share


Tags


Twitter


Post Digital Lux

Thierry TalagrandThierry Talagrand

Développement du digital en boutique.

Au printemps 2018 le joaillier Boucheron rouvrira, place Vendôme à Paris, sa boutique historique dûment rénovée. Ce symbole du luxe à la française entend créer au sein de ces espaces des expériences digitales uniques et inédites. », selon Hélène Poulit-Duquesne, PDG de la marque joaillière.

« Le digital permettra à tous les visiteurs de mieux nous connaître, d'interagir avec la maison et de partager avec leurs proches des émotions vécues chez Boucheron. »

En quête d'expériences disruptives, les clients souhaitent trouver dans les magasins de luxe des équipements technologiques.

Enchanter le parcours clients entre magasin physique et digital.

Le bottier Berluti propose la « personnalisation augmentée » pour apposer ses tatouages sur le cuir Venezia de certains de ses souliers. L'idée : permettre au client de voir, avant de passer commande, l'effet du tatouage sur la chaussure, d'en choisir la forme, la taille, la position sur le cuir. Le client indique ses directives pour déplacer le motif à sa guise, le grossir ou le diminuer…

Guerlain propose un orgue à parfums élégant équipé d'un iPad doté d'un questionnaire pour aider la cliente dans le choix de sa fragrance idéale parmi les cent-dix senteurs de la maison.

Loin d'être gadget, la technologie vient ici au secours du mètre carré : Sephora peut prétendre à une offre pléthorique en occupant des espaces de vente réduits et en séduisant sa cible jeune et milléniale.

Constance de Polignac, directrice marketing et digital des Galeries Lafayette déploie un concept de showroom digital. Le principe : on prend le sac, on le pose sur un bureau digital, l'écran reconnaît le modèle du sac via une puce NFC embarquée à l'intérieur. Alors, l'écran dévoile en images toutes les couleurs, les matières et les tailles qui existent pour ce modèle. Sous un ou deux jours, le sac commandé arrive à domicile ou à l'espace Click & Collect du magasin.

Facebook, Twitter, Instagram...

« Aujourd'hui, les clients ressentent le besoin d'être connectés à l'univers de leurs marques préférées qu'importe le lieu où ils se trouvent. »

CRM, business intelligence et autre data.

Les tablettes destinées aux vendeurs permettent non seulement de suivre les stocks et de repérer si un produit absent de la boutique est disponible en e-commerce, mais elles renseignent les souhaits ou les habitudes d'un client enregistrés.

La puce RFID placée sur un produit combat la contrefaçon et indique si celui-ci est souvent manipulé, et donc s'il plaît… Enfin, n'oublions pas le paiement mobile en rayon. » À quoi sert une immersion 3D si c'est pour finir devant une caisse enregistreuse !

« Le digital, c'est surtout un état d'esprit »

Source : Les Echos 06.02.2018

Culture pub
Le Chiffre d’affaires de la publicité en ligne a généré pour la premières fois la part la plus importante du marché publicitaire suisse en 2017, avec plus de 2 milliards de francs, en hausse de 5.9%

A une ambiance ultra positive sur le digital succède interrogations et remises en question. Plusieurs multi-nationales ont décidé d’arrêter de travailler avec Facebook depuis le scandale des fake news.

72% des consommateurs américains ont une mauvaise opinion des marques qui utilisent les publicités vidéo qui se déclenchent en plein écran. Adblock, logiciels pour bloquer les publicités en ligne, est utilisé par 30% des Français, 40% des Américains et 45% des Suisses.

Source : Bilan juin 2018

Diplômé de l'université de Berkeley aux Etats Unis. Formation et conseil en marketing direct (CRM). Formateur diplômé FSEA du brevet fédéral de formateur pour adultes.

Comments