labo.ch

labo.ch


L'expérience client un levier de différenciation

Diplômé de l'université de Berkeley aux Etats Unis. Formation et conseil en marketing direct (CRM). Formateur diplômé FSEA du brevet fédéral de formateur pour adultes.

Share


Tags


Twitter


Perceptions de la sécurité

Observatoire national de la délinquance 2017. Les menaces et les injures ne connaissent pas de variation notable. Les indicateurs en hausse les attaques terro…

Thierry TalagrandThierry Talagrand

Observatoire national de la délinquance 2017.

Les menaces et les injures ne connaissent pas de variation notable.

Les indicateurs en hausse les attaques terroristes en France et en Europe, le terrorisme et les attentats deviennent, dans l’enquête CVS le problème de société.

Des taux de plainte toujours très inégaux selon les atteintes. Les vols personnels, avec ou sans violence font l’objet d’une plainte dans environ 35% à 45% des cas.

De manière indépendante, les personnes de 14 ans et plus sont interrogées sur les vols personnels dont elles ont pu être victimes, que ceux-ci soit accompagnés de violences ou non.

Les cambriolages de résidences principales.
En 2016, en France, on estime à 784 000 le nombre de ménages ayant été victimes d’au moins un vol avec ou sans effraction. 60 % des victimes ont été victimes de cambriolages ou de tentatives de cambriolage de leur résidence principale (461’000).

Un logement victime d’un cambriolage à une probabilité 6 fois supérieure à un autre d’être à nouveau victime.

Contexte et déroulement des cambriolages.
Les mois de juillet, août et décembre concentrent environ un tiers des cambriolages. Lors d’un cambriolage les modes d’entrée privilégiés dans le logement sont une porte (61 %) ou une fenêtre (26 %). Dans 30% des cas, une personne était présente au domicile.

Une tentative d’effraction ou une effraction non-suivie de vol sera considérée comme une tentative de cambriolage, la proportion de tentative pouvant être assimilée à un taux d’échec. Le taux d’échec pour les cambriolages est estimé autour de 50 % et est relativement stable depuis 2007.

Contexte et déroulement des actes de vandalisme.
Pour 72 % des ménages victimes, les actes déclarés sont qualifiés de dégradations (par exemple des jets de projectiles, des inscriptions sur des éléments de la résidence, etc.) et pour 24 % de destructions (par exemple des bris, des destructions par le feu, l’arrachage d’éléments, etc.). 4 % Près d’un quart des victimes l’ont été de façon répétée au cours de la dernière année civile.

Les vols de voiture.
Trois quarts des vols ou des tentatives de vol se passent à proximité du lieu de résidence de la victime. résidence de la victime. La voie publique est le principal lieu où se** déroule ce type d’acte (51 %). Viennent ensuite les parkings ouverts (32 %) puis seulement les parkings fermés (13 %).

Les vols avec violences physiques ou menaces.
Le nombre de personnes victimes d’un vol avec violences physiques ou avec des menaces, ou tentative de vol violent, est estimé à 186 000 pour l’année 2016 en France. Parmi l’ensemble des victimes, on estime que 19 % ont été victimes de vol avec violences ou menaces et 80 % victimes de vol sans violence.

Le contexte des vols avec violences.
Dans près de la moitié des cas, il s’agit d’un vol à l’arraché (49 %) : cela signifie que le voleur arrache de force à la victime l’objet convoité. Dans 65% des cas, le vol s’est déroulé dans la rue. 61% des vols avec violences sont commis par plusieurs personnes.

À la suite du vol ou de la tentative de vol violent, 32 % des victimes ont eu des séquelles corporelles.

Les vols sans violence.
En 2016, on estime que 753 000 personnes ont été victimes d’un vol ou d’une tentative de vol sans violence en France. Ces vols sans violence physique ni menace peuvent être des vols commis par des pickpockets, dans un vestiaire, en l’absence de la victime ou des vols d’opportunité d’un objet non surveillé, etc.

Le taux d’échec pour les vols sans violence est de 19 %. Un quart des vols sans violence se déroule dans la rue et 19 % ont lieu dans les transports en commun. La méthode la plus couramment employée pour dérober les objets convoités est celle des pickpockets. Dans 38 % des cas, l’objet volé était sur la victime au moment où le vol a été commis.

Les atteintes aux personnes.

En 2016, en France, on estime que 5 921 000 personnes de 14 ans et plus résidant en France métropolitaine ont été victimes de menaces ou d’injures soit 11,4 % de cette population. Parmi l’ensemble de ces victimes, en 2016, 69 % ont été victimes d’injures uniquement, 16 % de menaces uniquement et 15 % des deux types d’atteintes.

Au cours de la période 2011-2016, la majorité des victimes a été injuriée en face à face (93 %). Le reste des configurations injurieuses renvoie à des injures par téléphone (5 %) ou par un autre moyen que la parole, notamment par courrier électronique ou postal (2 %).

Injures, menaces ou violences physiques se produisent une fois sur quatre dans l’exercice du métier.

Le milieu professionnel apparait comme un contexte associé à des faits d’injures en face à face puisque près d’un quart des victimes (24 %) se trouvaient sur leur lieu de travail ou d’études au moment où elles ont été injuriées.

En considérant l’âge des victimes, il apparait que les personnes de plus de 65 ans sont plus exposées aux injures au sein d’un espace privé.
Dans 71 % des configurations, la victime est injuriée par un auteur seul. Dans 62% des cas, auteurs et victims ne se connaissaient pas.

Dans la plupart des cas, les auteurs sont des hommes (74 %) et sont majeurs (71 %). Notons que les femmes ont plus tendance à être injuriées par d’autres femmes. En effet, 21 % des femmes injuriées le sont par des femmes. Un quart des femmes injuriées l’ont été sur leur physique (contre 14 % des hommes injuriés).

Les circonstances des menaces.
Les menaces sont majoritairement (79 %) accompagnées d’injures. Contrairement aux injures, elles comportent l’évocation d’une action pouvant porter préjudice à la victime, que ce soit - de manière éventuellement cumulative - en menaçant son intégrité physique (52 %), de dire ou faire quelque chose pouvant lui causer du tort (36 %) ou encore de la contraindre ou l’empêcher de faire quelque chose (22 %). Les menaces de destruction ou de dégradation de biens représentent quant à elles 14 % des atteintes déclarées par les victimes.

La majorité des menaces sont directes, c’est-à-dire commises par des auteurs se trouvant face aux victimes (84 %). Les menaces indirectes sont téléphoniques (10 %) ou commises par courrier postal, numérique ou via les réseaux sociaux (6 %). Dans 8 % des menaces directes, une arme ou un objet dangereux a été utilisé.

Éléments de profil des auteurs.
Lorsque les victimes ont vu l’auteur, la plupart déclare avoir été menacée par des auteurs seuls (72 %), de sexe masculin (78 %) et majeurs (78 %). Les victims homme ont davantage tendance à être menacées par plusieurs auteurs à la fois.

Dans 84%d es cas la victim se trouve face à face avec l’auteur des menaces. Dans 38% des cas la victim et l’auteur se connaissent.

Au cours de la période 2015/2016 on estime que 2 068 000 personnes âgées de 18 à 76 ans 72 % ont été victimes de violences physiques uniquement (1 483 000) et 18 % de violences sexuelles (377 000).

Eléments de profil des victimes et des auteurs.
38% des violences physiques se déroulent dans la rue.
21% des violences physiques se déroulent sur le lieu de travail de la victime.
21% des violences physiques se déroulent dans un logement.

L’espace public, lieu de la majorité des violences physiques, l’est encore plus si les victimes sont jeunes (63 % des personnes âgées de 14 à 30 ans). Les personnes âgées de plus de 30 ans vont quant à elles davantage subir des violences au sein d’un logement.

Les femmes, premières victimes déclarées de violences physiques ou sexuelles
Lorsque les violences ont engendré un contact physique, il est principalement question de blessures visibles (45 %).

53% des agressions sexuelles ont lieu dans un domicile. Dans 70% des cas la victim connaissait l’auteur des violences sexuelles avant l’agession.
Les femmes représentent plus des deux tiers des victimes de violences physiques et/ou sexuelles dans le ménage. 59% des victims ont subi des violences répétées.

Le sentiment d’insécurité ressenti dans le quartier ou le village.
En 2017, en France, la fréquence du sentiment d’insécurité ressenti dans le quartier ou le village est à la hausse avec 21 % des individus qui ont déclaré qu’il leur est arrivé de se sentir en insécurité dans leur quartier, soit 10,8 millions de personnes de 14 ans et plus en France.

Près d’une femme sur trois déclare se sentir en insécurité au sein de son quartier ou de son village contre 16 % chez les hommes.

20% des femmes se sentent en insécurité à leur domicile contre 11% des hommes. 26% des femmes se sentent en insécurité dans leur quartier contre 16% des hommes.

En 2017, le terrorisme était la première préoccupation des français, au même titre que le chômage et la précarité de l’emploi. Près de 35 % des femmes de 14 ans et plus interrogées en 2017 citent le terrorisme comme le problème actuel le plus préoccupant en France.

Source: Etude Insee France

Diplômé de l'université de Berkeley aux Etats Unis. Formation et conseil en marketing direct (CRM). Formateur diplômé FSEA du brevet fédéral de formateur pour adultes.

Comments