labo.ch

labo.ch


L'expérience client un levier de différenciation

Diplômé de l'université de Berkeley aux Etats Unis. Formation et conseil en marketing direct (CRM). Formateur diplômé FSEA du brevet fédéral de formateur pour adultes.

Share


Tags


Twitter


La vérité

Thierry TalagrandThierry Talagrand

Une valeur fondamentale de notre vie sociale.

La vérité n’est pas seulement un concept abstrait. Elle est une valeur fondamentale dans notre vie sociale : nous attendons des autres qu’ils disent le vrai, nous sommes indignés par la violation de cette valeur commune, et avons du mal à accepter moralement des pratiques sociales qui encouragent des manquements à la vérité.

Le mensonge


Le mensonge, comme la violence, est interprété comme une forme de coercition, un moyen d’exercer un pouvoir arbitraire sur l’autre en le faisant agir contre ses intentions et sa volonté.

Pour parler vrai, il faut respecter au moins deux normes : être sincère et en même temps être exact, précis, c’est-à-dire suivre des procédures d’acquisition de l’information qui correspondent aux standards épistémiques communs.

La question philosophique de la légitimité du mensonge est ancienne : est-on jamais justifié à mentir ? Une plaisanterie, une connerie ou un baratin sont-ils des mensonges ? Est-ce que cacher la vérité en ne disant rien, est-ce qu’omettre des informations signifie mentir ? Un désintérêt pour la vérité est-il une faute morale, ou bien la faute doit-elle être seulement attribuée à ceux qui mentent en toute connaissance de la vérité

le monde tient ensemble comme nous le voyons car les mots ont une référence. Le langage étant le miroir du monde et sa représentation fidèle, tout usage impropre, vicieux, comporte le risque de casser le miroir. Tout locuteur a par conséquent une responsabilité morale.

Le mensonge, cet acte linguistique qui consiste à dire le faux lorsqu’on connaît le vrai dans l’intention de tromper autrui, n’est jamais justifiable.

Parmi les manières d’échapper au mensonge, la tradition propose de refuser de parler, de répondre à une question par une autre, de changer de sujet, ou bien d’utiliser l’équivoque, c’est-à-dire une phrase ambiguë.

Source: Gloria Origgi

Diplômé de l'université de Berkeley aux Etats Unis. Formation et conseil en marketing direct (CRM). Formateur diplômé FSEA du brevet fédéral de formateur pour adultes.

Comments