labo.ch

labo.ch


L'expérience client un levier de différenciation

labo.ch
Author

Fondée en 1997, 24 SàRL crée le changement. Au coeur de votre activité, nous vous proposons de mettre en place ou d'améliorer les performances de votre Service Clients.

Share


Tags


Twitter


La revente d'articles de luxe.

labo.chlabo.ch

Mode.

Longtemps hostiles à la revente d’articles de luxe, les géants du luxe comme Kering convoitent désormais ce marché en forte croissance. A la clé, un accès à de plus jeunes consommateurs… et une remonétisation de leurs produits.

A quoi bon porter une paire de Louboutin en télétravail, à quoi peut bien servir un sac Gucci lorsque les seuls dîners de la semaine ont lieu à domicile?

En l’absence quasi totale de théâtre social, ces scènes du quotidien où être vu et situé, les habitudes vestimentaires crient le besoin de confort et de fonctionnalité.

Monétisées sur le marché florissant de la seconde main de luxe.

Privées de leurs fonctions symboliques séduire, se distinguer socialement, les pièces plus habillées ou griffées se voient, elles, reléguées au fond des armoires, délaissées.

Depuis deux ans, la revente de vêtements et d’accessoires haut de gamme a crû de 49% en 2019. La pandémie a accéléré la ruée en ligne, mesures de distanciation sociale obligent.

Sur le site MyPrivateDressing, pionnier de l’e-revente de mode de luxe en Suisse, le nombre d’articles déposés a crû de 600%, tandis que les ventes connaissent une hausse de 300%. Payer 1500 francs pour un sac griffé en très bon état alors que la version neuve en vaut 4000 en boutique, ça parle aux gens selon Babak Daghigh, le patron de cette PME genevoise employant 45 personnes.

Le secteur de la revente c’est près de 40 millions de dollars au niveau mondial, selon Boston Consulting Group. Pour les marques du haut de gamme, la barque devient difficile à ignorer.

S’adresser aux jeunes consommateurs.

En mars dernier, Kering (Saint Laurent, Balenciaga, Bottega Veneta) a confirmé son intérêt pour le marché de la revente en s’offrant 5% du capital de Vestiaire Collective, leader de la mode de seconde main désormais valorisé à plus de 1 milliard d’euros. Créée en 2008, l’entreprise française a vu ses volumes de transactions doubler en 2020 et a enregistré une croissance de 90% du nombre de ses membres sur un an.

Kering pourra ainsi analyser en détail la désirabilité de certaines marques, et obtenir des informations concernant les clients qui revendent leurs pièces sur Vestiaire Collective. Et peut-être que dans une dizaine d’années, quand Kering se sentira prêt, le groupe lancera sa propre plateforme de produits de seconde main.

Author

labo.ch

Fondée en 1997, 24 SàRL crée le changement. Au coeur de votre activité, nous vous proposons de mettre en place ou d'améliorer les performances de votre Service Clients.

Comments